La Genèse du projet d’épicerie vrac et bio Du Bonheur en Bocal

La Genèse du projet d’épicerie vrac et bio Du Bonheur en Bocal

Nous voulons, avec ce premier article, vous dire merci tout d’abord pour tous les encouragements et marques de soutien que vous nous avez apporté ces derniers mois !

Toute l’équipe a eu chaud au cœur et s’est vraiment sentie portée et encouragée par les messages que vous nous avez fait parvenir par email, SMS, sur les réseaux sociaux ou lors de conversations (masquées) dans la rue 🙂

L’année 2020 et ce début 2021 sont encore marqués par la crise du Covid et le marasme économique qui s’installe. Nous sommes très motivés par l’ouverture de l’épicerie vrac mais avouons que ce n’est pas la période la plus simple pour se lancer !

Voici donc notre petite histoire, pour que vous découvriez notre long mais enrichissant parcours pour faire aboutir notre projet 🙂

Et voici les protagonistes principaux de l’histoire que vous vous apprêtez à lire :

  • Pierre-Emilien, Anne-Catherine et Mathieu, les trois co-gérants
  • Matthieu et Magali, les co-initiateurs du projet
  • Sophie, notre salariée
  • Et aussi une expert-comptable, une banquière, notre propriétaire, et plein d’autres acteurs !

L’idée d’une épicerie vrac et bio a germé, en 2018 !

Une histoire de rencontres

Nous sommes en 2018 et Anne-Catherine et Mathieu réfléchissent à un projet de reconversion professionnelle qui pourrait donner du sens à leur travail.

Anne-Catherine est architecte de formation et a travaillé 10 ans en agence d’architecture, mais elle souhaite créer un lien plus fort entre son travail et la transition écologique. Elle a aussi envie d’une activité qui permette de créer plus de lien social dans notre ville de Saint-Etienne de Montluc, en particulier autour de valeurs écologiques : limiter les déchets, retrouver les produits bons et locaux, favoriser le bio, etc.

Le hasard fait bien les choses, car ils rencontrent alors Matthieu et Magali, couple stéphanois, et qui sont également dans une réflexion similaire.

Après de premiers échanges, ils décident de réfléchir ensemble à ce qui est encore alors un pré-projet. Matthieu a déjà fait une formation au vrac et a déjà réfléchi à différents aspects du projet. Il fait partie activement à la réflexion et à la structuration du projet.

Matthieu et Magali participent à “allumer l’étincelle” du projet.

L’équipe rencontre aussi un autre Stéphanois, Pierre-Emilien, qui deviendra l’un des associés de l’épicerie.

Nous engageons alors des réunions de travail pour aller davantage dans les détails, et se pose la question – qui deviendra centrale – de trouver un local.

Le concept du projet met quelques mois à se définir : ce ne sera pas de la livraison, ni une épicerie ambulante (dans un truck)… Et oui, nous avons aussi creusé ces idées.

Ce sera le projet que vous connaissez à présent : une épicerie bio, vrac et proposant autant que possible des produits locaux, dans un local dans Saint-Etienne de Montluc.

Il ne restait plus donc qu’à trouver un local !

Plein de locaux potentiels à visiter et une équipe qui se modifie

Mais pourquoi donc avons-nous mis autant de temps pour faire aboutir le projet d’épicerie ? Vous vous posez peut-être cette question, tout à fait légitime.

La raison principale est simple, vous l’avez probablement deviné : nous avons eu beaucoup de difficultés à trouver un local dont les caractéristiques puissent correspondre à notre projet !

Il nous fallait un local ni trop grand ni trop petit, bien situé, avec un loyer accessible pour nos moyens financiers, qui ne nécessite pas trop de travaux, et plein d’autres contraintes propres à notre projet.

Autant dire que cela a pris du temps.

Nous avons visité et envisagé pas moins de 5 locaux dans Saint-Etienne de Montluc : restaurants, garage, local professionnel, nous avons passé énormément de temps à évaluer l’intérêt et le potentiel de chaque local, qui présentaient tous des avantages indéniables, mais souvent aussi des inconvénients liés aux contraintes de notre projet.

Ce long délai a amené Matthieu à quitter le projet pour reprendre un emploi salarié, ce que nous regrettons. En effet, Matthieu et Anne-Catherine devaient travailler en tandem dans le magasin. L’équipe du projet s’en trouve donc modifiée.

Après 2-3 mois de réflexion, nous décidons de tout de même poursuivre le projet, avec une salariée pour constituer l’équipe dans la boutique.

Matthieu, qui s’était jusqu’alors beaucoup impliqué dans la réflexion doit, par la force des choses, se concentrer sur son nouveau projet professionnel et sortir progressivement du projet, tout en restant un soutien de cœur !

Il est à noter que Matthieu et Anne-Catherine ont travaillé pour acquérir les compétences professionnelles liées au métier du vrac :

  • tous deux ont réalisé des stages en immersion dans des épiceries ou commerces vrac,
  • tous deux ont suivi des formations proposées par l’association Réseau Vrac, permettant de découvrir en détail les règles d’hygiène, du montage d’un projet vrac et de sa gestion au quotidien (méthodologie), etc.
  • participation et échanges avec d’autres porteurs de projet et de nombreuses épiceries vrac déjà en activité, qui ont permis de comprendre le métier “de l’intérieur”.

Et plein d’autres choses à faire en plus

Pour le reste, il est aussi vrai que mettre sur pied un projet de petit commerce nécessite beaucoup de préparation :

  • réflexion sur le projet, création d’un business plan
  • financement
  • aspects comptables et administratifs
  • création de la gamme des produits, rencontres et échanges avec les fournisseurs et producteurs
  • création du site Web, présence sur Facebook et LinkedIn
  • continuer de nous former au vrac
  • trouver et recruter notre première salariée

Plein d’actions qui nous ont énormément appris et beaucoup motivé à lancer le projet.

Les choses s’accélèrent lorsqu’on trouve notre local

Les travaux et les plans

En 2020, nous avons l’information que la Banque Populaire quitte son local bientôt, une grande chance pour nous ! Merci beaucoup Claire de nous avoir immédiatement tenu au courant de cette info ! Cela nous a permis de prendre contact avec les propriétaires afin de nous porter candidats à la location du local.

Le local est super pour notre projet, juste la bonne taille et bien situé ! Vous pourrez aussi vous garer dans la rue assez facilement, ainsi que sur le parking de la gare.

Les travaux et l’aménagement peuvent commencer.

Mathieu quant à lui aide avec les aspects financiers et de communication. Merci à Lucie, graphiste stéphanoise, pour la création de notre logo !

Prêts à être à votre service…

Et le résultat est maintenant visible au 15bis rue Aristide Briand, 44360 Saint-Etienne de Montluc, où nous vous invitons à venir découvrir notre offre.

Nous vous proposons une gamme d’environ 1.000 produits :

🍏 produits alimentaires

🛀 produits d’hygiène

👍 produits d’entretien de la maison

🍀 accessoires zéro déchet

et… surprise ! des jeux 🎲 pour enfants éco-responsables et fabriqués en France.

N’hésitez pas à venir rendre visite à Du Bonheur en Bocal !

L’épicerie souhaite aussi, dès que le contexte le permettra, être un lieu d’échange et de partage, en organisant :

  • des ateliers couture, zéro déchets, etc.
  • des rencontres avec nos producteurs,
  • et des événements qui restent à inventer ensemble 🙂

Laisser un commentaire